Direct access to content Direct access to main menu Page d'accueil
Portrait de Pascale Obame

The birth of a nation : résurrection d'un héros oublié

Par Pascale Obame, le 10 janvier 2017, dans Cinéma
« The birth of a Nation » c'est le titre du biopic sur la vie de Nat Turner, un esclave qui fût à l'origine de la révolte sanglante qui sema la terreur dans le sud des États-Unis en 1831. Pour son premier long-métrage, Nate Parker met en lumière un épisode méconnu qui constitue un tournant dans l'histoire des États-Unis puisqu'il contribua à l'enchaînement des évènements qui conduisirent à l'éclatement de la guerre de sécession.

Affiche the birth of a nation

 

SYNOPSIS

Nathaniel dit « Nat » Turner voit le jour dans la plantation de Benjamin Turner dans le comté de Southampton en Virginie le 2 octobre 1800. Nat montre dès son plus jeune âge un intérêt pour la lecture, alors interdite aux esclaves. Sensible à ces aptitudes, l'épouse de Benjamin Turner en fait un esclave de maison, ce qui lui permet d'échapper au travail des champs. Il fait l'apprentissage de la lecture, de l'écriture, de la bible et intervient même lors des offices.

A la mort du maître de la plantation et selon les dernières volontés de ce dernier, le jeune Nat rejoint les autres esclaves dans les plantations de coton. Jeune adulte, Nat est devenu un prédicateur écouté et respecté par sa communauté.

Acculé par de grosses difficultés financières, Samuel Turner, héritier de la plantation, loue les services de prêcheur de Nat afin que celui-ci dompte toute velleité de rebellion des esclaves des plantations voisines.

Choqué et heurté par les tortures subies par ses frères et par lui-même, il prend lentement conscience de l'injustice de l'asservissement des noirs et reçoit un message divin lui intimant de réparer cette injustice. Cela se traduit par une rebellion de 48h, durant lesquelles Nat et ses compagnons assassinent les propriétaires des fermes voisines et leurs familles jusqu'à ce qu'ils tombent dans un guet apens qui coutera la vie à tous les frondeurs, ainsi qu'à de nombreux noirs victimes de représailles. A la suite d'une courte cavale, Nat Turner sera arrêté, condamné à mort et pendu le 11 novembre 1831.

                                                                         © 20th century fox 

 

« The birth of a nation » est un film fort, émouvant et réaliste. On peut penser : « encore un film sur l'esclavage ». Cependant contrairement à beaucoup de films du genre, il n'y a pas de "happy end" (Si tant est que l'on puisse parler de fin heureuse au sujet d'un film traitants d'esclavage).

Nate Parker relate la vie de Nat Turner, le soulèvement et le massacre qui s'en est est suivi sans prendre position. Dans ce qu'il montre, il ne tente pas de minimiser les massacres perpétrés de part et d'autres ni de faire du prosélytisme. Il raconte comment un esclave instrumentalise la religion tout d'abord pour aider des propriétaires à maintenir leurs esclaves sous leur joug; puis, investi d'une mission divine il utilise la bible pour exhorter des esclaves en quête de liberté, à participer à une tuerie sans précédent à cette époque. La complexité de la nature humaine est ici parfaitement résumée.

Ce film fait écho au «The birth of a nation » de DW Griffith's, film de 1915 (qui prône l'idéologie raciste) sur la guerre de sécession , ses conséquences et la naissance du Ku Klux Klan. Dans cette version de Nate Parker, le héros est un esclave noir tentant de mener un peuple vers la liberté. Certes, il s'agit d'une production hollywoodienne et Nate Parker utilise une scénographie religieuse à laquelle on adhère ou non mais le film n'en demeure pas moins esthétique. En outre cela n'enlève rien à l'authenticité du récit.

« The birth of a nation » est un film à voir aussi bien d'un point de vue cinématographique qu'historique.

 

Sortie en salles le 11 janvier 2017 (interdit aux moins de 12 ans).  

Découvrez la bande-annonce :

 

Voir la vidéo

Soyez le premier à commenter cet article.

Aucun vote pour l'instant.

Commenter

S'abonner à AfroNews