Direct access to content Direct access to main menu Page d'accueil
Portrait de Pascale Obame

LES FIGURES DE L'OMBRE : CES TROIS HEROINES ANONYMES QUI ONT CHANGÉ LE DESTIN D'UN PAYS

Par Pascale Obame, le 11 mars 2017, dans Cinéma
Les figures de l'ombre, dernier film de Théodore Melfi est en salle depuis le 8 mars. Une date de sortie symbolique, afin de rendre un vibrant hommage à des femmes qui ont sans aucun doute changé la face du monde. Ce film tiré d'une histoire vraie raconte celle de trois mathématiciennes afro-américaines qui ont contribué à l'épopée de la conquête spatiale.

affiche les figures de l'ombre

Synopsis

Début des années 60, les Etats-Unis sont en pleine guerre froide et livre également une bataille acharnée avec l'Union soviétique pour la conquête de l'espace. Katherine Johnson, Dorothy Vaughan et Mary Jackson sont trois mathématiciennes afro-américaines employées par la NASA. Elles appartiennent à la section des mathématiciennes de couleur à laquelle les départements font appel ponctuellement pour des calculs pointus. Katherine Johnson et Mary Jackson vont intégrer les équipes chargées de la conception et des calculs de la trajectoire de la capsule du premier vol en orbite dans l'espace.Tandis que Dorothy Vaughan apprendra à dompter le langage fortran développé par IBM, permettant à l’ordinateur de réaliser les calculs mathématiques dans un temps record. Ces trois femmes joueront un rôle capital dans la mission friendship 7 qui permit aux Etats-Unis de faire un bond dans l'histoire de la conquête spatiale.

scène les figures de l'ombre

 

Pourquoi Katherine Johnson, Dorothy Vaughan et Mary Jackson sont des héroïnes des temps modernes?

Tout d’abord elles possèdent des facultés intellectuelles hors du commun ; Katherine Johnson (surnommée l’ordinateur humain) calculait et analysait les trajectoires des navettes spatiales, Dorothy Vaughan fût l’experte en programmation fortran de la NASA et Mary Jackson travaillait sur la soufflerie supersonique et fût la première femme noire ingénieure de la NASA.

Ensuite, elles ont bravé discriminations et ségrégation pour faire reconnaître leur travail. Retour sur le contexte socio-politique du film. La ségrégation raciale fait rage dans les états du sud des Etats-Unis et notamment en Virginie. Le mouvement des droits civiques prend de plus en plus d’ampleur et de grands arrêts ouvrent la voie à la reconnaissance de nouveaux droits pour les afro-américains mais les discriminations constituent leur lot quotidien. Par ailleurs, rappelons-nous qu’à cette époque, occuper un emploi en tant que femme et de surcroît dans un monde aussi masculin, relevait de l’exploit dans l’Amérique puritaine et conservatrice des années 60.Même si leurs capacités et facultés intellectuelles étaient reconnues, elles étaient jugées inférieures.

La NASA, n’échappe pas à cette construction de la société. Les trois acolytes sont cantonnées dans l’aile ouest de la base se trouvant à un environ un mile du reste des bâtiments abritant les autres employés. Elles n’ont pas de mission pérenne et leurs tâches sont attribuées au gré des assignations journalière ou hebdomadaire, pour les plus chanceuses.

Katherine Johnson et Mary Jackson seront les premières calculatrices à être assignées de façon permanente et Dorothy Vaughan sera la première superviseur de couleur parmi le peu de femmes ayant occupé cette fonction. Elles permettront également aux femmes blanches d'occuper des postes jusque là dévolus aux hommes. 

En plus de faire face à la condescendance et parfois au mépris de leurs collègues masculins et féminines, elles durent également affronter les jugements de valeurs de leurs proches ou de leur communauté.

scène les figures de l'ombre

 

Ce film relate l’histoire incroyable de ces trois femmes, pourtant méconnues, et sonne comme un hymne à l’empowerment. La mise en scène est très hollywoodienne mais sans fioritures pour nous permettre d’apprécier les scènes de suspens et d’émotion. L’absence de parti pris du réalisateur et de prouesses cinématographiques permet à l’histoire de rester au premier plan et de conserver sa justesse. De plus les comédiens qui incarnent les principaux protagonistes ne pouvaient pas être mieux choisis: Taraji P Henson, Octavia Spencer, Janelle Monàe, Kirsten Dunst, Kevin Costner, Jim Parsons, Mahershala Ali. Et pour finir, une bande originale efficace comme savent si bien le faire Pharrell Williams et Hans Zimmer avec des morceaux sur lesquels on retrouve Janelle Monàe, Lalah Hathaway, Mary J Blige, Alicia Keys et Kim Burrell.

Tous ces ingrédients en font un « feel-good movie » à ne manquer sous aucun prétexte.

Sortie le 08 mars

Decouvrez la bande annonce 

 

Voir la vidéo

Soyez le premier à commenter cet article.

Aucun vote pour l'instant.

Commenter

S'abonner à AfroNews