Direct access to content Direct access to main menu Page d'accueil
Portrait de Danielle Ahanda

Misty Copeland une danseuse étoile de légende

Par Danielle Ahanda, le 1 juillet 2015, dans Portrait

Mardi soir la danseuse classique  Misty Copeland a été promue étoile de l’American Ballet Theatre de New York. Agée de 32 ans elle est la première afro-américaine à accéder à ce titre depuis la création de la compagnie de renommée mondiale, il y a 78 ans.

Misty Copeland une danseuse étoile de légende

Une nomination hautement symbolique dans un pays où les inégalités raciales sont encore flagrantes et dans un climat d’injustices particulièrement violent. 

Misty Copeland marche sur les pas de Desmond Richardson, le seul et l’unique noir ayant dansé pour l’ABT et promu étoile en 1997. A l’échelle nationale il faut remonter en 1956, année où Arthur Mitchell fut promu danseur étoile pour le New York City Ballet. Le tout premier noir de l’histoire.

Misty Copeland entre non seulement dans la légende, mais elle envoi également un message important au monde : la couleur de la peau ne doit plus être une barrière pour accéder à ses rêves quels qu’ils soient. C’est d’ailleurs la teneur de la grande majorité des messages de félicitation que la nouvelle a provoqué sur les réseaux sociaux.  Il faut dire que Misty Copeland y est très présente avec plus de 500 000 abonnés sur Instagram et plus de 52 followers sur twitter elle a su créer la proximité avec ses fans et interpeller les médias sur les discriminations et le racisme qui règnent encore dans l’univers très conservateur de la danse classique

Pendant 14 ans Misty Copeland fut la seule soliste (danse en solo) noire de l’American Ballet Theatre et seulement la troisième de cette compagnie.

La Danse classique envers et contre tous

"Je n’avais jamais vu un ballet, ni même entendu de musique classique"... "La paire de pointe coûtait 70 dollars (55 euros). Une fortune pour nous qui ne mangions pas à notre faim tous les jours".

Misty débute la danse à 13 ans ce qui est peu commun. Outre sa couleur de peau elle a un physique qui tranche avec celui des danseuses classiques que l’on connaît. Misty est plus musclée, possède une forte poitrine pour une taille d’1m57 et chausse du 40. Lorsqu’elle décide de se lancer dans la danse elle est souvent découragée. On lui conseille dans de nombreux cours de se spécialiser dans le Hip Hop.

Misty Copeland une danseuse étoile de légende

"J'étais outrée. Mes formes font partie de mon identité de ballerine", affirme-t-elle.

 Mais téméraire elle persiste et cela malgré la situation précaire de sa mère qui l’élève seule avec ses cinq frères et sœurs, passant de motels en motels pour seuls logement. 3 mois après avoir pris son premier cours de danse elle débute les pointes et quelques mois plus tard elle se fait remarquer en participant à son premier spectacle. Repérée par une prof de danse sur un terrain de basket, elle intègre l’école de Danse de San Pedro.

"Je n’avais jamais vu un ballet, ni même entendu de musique classique" déclare Misty. "La paire de pointe coûtait 70 dollars (55 euros). Une fortune pour nous qui ne mangions pas à notre faim tous les jours".

A 15 ans elle remporte le premier prix d’un concours de danse qui lui permet de suivre un stage d’été au San Francisco’s Ballet et part vivre chez sa professeure de danse. Là encore Misty ne manque pas de se faire remarquer par ses prouesses sur scène et en 2000 elle se voit proposer une bourse d’étude pour participer au stage de  l’American Ballet Theatre. Elle sera choisie parmi 150 danseurs pour intégrer la version junior de la compagnie, l’ABT Studio Company. Un an plus tard, elle devient officiellement membre du corps de ballet l’American Ballet Theatre. Elle sera promise soliste en 2008.

Une véritable icône

Misty Copeland une danseuse étoile de légende

En avril dernier Misty Copeland faisait la couverture du Time Magazine qui la désigne comme l’une des 100 personnes les plus influentes de l’année 2015 au Etats-Unis. Misty est un des nombreux exemples de persévérance et d’abnégation qui alimentent le rêve (noir) américain.

"Entre 13 et 15 ans, je suivais trois cours de danse par jour. Je commençais le matin avec les filles de 5 ans, pour apprendre les bases, puis je continuais l’après-midi" Déclare t-elle au sujet de ses débuts, dans son autobiographie « Life in Motion : An Unlikely Ballerina » publiée en mars 2014

Elle y explique comment le ballet et la scène ont changé sa vie :"Enfant timide, je m’y sentais libre et extravertie."

A l’instar de nombreux sportifs noirs issus de milieux modestes, le sport a littéralement changé sa vie : "La danse a apporté à ma vie, la rigueur et la grâce qui lui manquait", confie Misty. "A l’opposé de mon quotidien où je n’avais aucun contrôle".

Loin d’être grisée par le succès et les nombreuses retombées médiatiques sur son parcours, Misty reste lucide et souhaite se servir de cette notoriété pour aider les jeunes à s’accomplir

"Parfois, je me demande : me voit-on encore comme la 'petite ballerine noire' ou comme une vraie artiste ? Et puis, je pense à tous ceux qui sont sensibles à mon histoire : trouver sa voie sur le tard, être différent et malgré tout réussir".

Avec « Project Plié » Misty Copeland milite pour rendre la danse accessible aux enfants issus de milieux défavorisés.

L’autobiographie de Misty Copeland a fait l’objet d’une adaptation cinématographique, et le documentaire intitulé « A Ballerina’s Tale » a été présenté en avril dernier au festival de Tribeca à New York. Misty est également auteure d’un livre pour enfant.

La semaine dernière, Misty interprétait « Le Lac des Cygnes » à la Metropolitan Opera House de New York. Une première pour une danseuse classique noire.

2 commentaires ont déjà été laissés pour cet article.

N'hésitez pas à laisser vos commentaires. Vous pouvez aussi consulter ceux qui ont déjà été postés.

Votre notation : Aucune Moyenne : 5 (9 votes)

Commentaires

Félicitations à Mysty COPPERLAND

J'adore la détermination, la grandeur d'âme de cette jeune femme; elle est fantastique; elle communique une force intérieure rare. Merci d'exister Mysty

comme quoi avec de la

comme quoi avec de la ténacité, rien n'est impossible

Commenter

S'abonner à AfroNews