Direct access to content Direct access to main menu Page d'accueil
Portrait de Pascale Obame

QUATRE FILMS AFROSOMETHING QUI FONT PARLER D'EUX!

Par Pascale Obame, le 11 mai 2017, dans Cinéma
Certains sont déjà à l'affiche, d'autres ne tarderont pas. Ces films traitent de sujets différents dans des registres différents mais mènent le spectateur dans des univers et des réflexions, qui nous ont plu.

montage affiches félicité, get out, I'm not your negro, les initiés

Félicité de Alain Gomis

Synopsis

Félicité chante dans les bars de nuit de Kinshasa. Un jour, son fils unique est victime d'un accident de moto qui lui laisse de graves séquelles nécessitant une opération chirurgicale. Félicité se met alors en quête de l'argent qui paiera l'opération qui sauvera sa jambe. Elle brave les rues de Kinshasa, les jugements, les coups pour tenter de survivre et sauver sa famille.

 

Félicité est le quatrième long métrage d'Alain Gomis, et encore une fois il ne nous déçoit pas. Félicité est un feel-good movie qui rend l'espoir contagieux. En premier lieu, on pourrait s'apitoyer sur le sort de cette femme. Félicité vit seule, réussit tant bien que mal à gagner sa vie : quand elle ne se fait pas arnaquer, son fils est amputé alors qu'elle a tout tenté pour réunir l'argent nécessaire à l'opération. Elle doit alors faire affronter le mutisme et le desarroi de son fils. Toutefois après cette descente aux enfers, on entrevoit l'espoir, l'amour. Félicité se donne le droit de croire à nouveau, de faire confiance, d'aimer.

Alain Gomis filme la beauté des personnages mais aussi la beauté de Kinshasa. Ville sulfureuse et belle lorsqu'on la découvre à travers les yeux de ce réalisateur, magnifiée par la musique du Kasaï Allstars et de l'orchestre symphonique kimbanguiste.

Actuellement en salles.

Les initiés de John Tengrove

Synopsis :

Région du cap oriental, de jeunes garçons sont réunis pour participer au rite initiatique qui les fera entrer dans l'âge adulte selon la tradition Xhosa. Xolani est l'un des instructeurs qui les aide à passer ce cap décisif. Il est en charge de Kwanza, un jeune venu de Johannesburg et dont la présence n'est pas volontaire. Pendant cette épruve, Kwanza va découvrir le lourd secret qui se cache derrière son homme solitaire.

 

Les initiés est le premier long-métrage de John Tengrove après un début prometteur avec le court métrage « the goat »

Un film esthétiquement abouti, fort et déconcertant. On ressent les influences de John Tengrove sans pour autant avoir l'impression de « déjà-vu ». La beauté des paysages est sans artifice, les personnages sont filmés sans fards. Le réalisme est évident, d'autant plus que John Tengrove et ses coréalisateurs Malusi Bengu et Thando Mgqolozana, ont retranscri, sans exostime ni exagération, les différentes étapes d'une l'initiation. Cependant, on peut ressentir un certain malaise face à la violence des relations et des sentiments, renforcé par  le contexte ultramasculin dans lequel l'action se déroule. Les initiés est un film qui aborde des thèmes peu présents dans le cinéma africain tels que l'homosexualité, les mutilations provoquées par certains rites initiatiques.... On peut néanmoins regretter que John Tengrove n'ait pas de parti pris tranché sur ces différents sujets. L'homosexualité reste confinée à la relation partagée par les trois protagonistes principaux, sans être confrontée à la société sud-africaine. Les sentiments, les émotions, les espoirs des personnages restent enfermés dans un huis-clos qui les conduira vers une fin tragique.

Certaines scènes du film peut heurter la sensibilité du public.

En salles actuellement.

Get out de Jordan Peele

Synopsis :

Chris se rend chez les parents de sa petite amie Rose pour la première fois. Celui-ci appréhende cette rencontre car elle ne leur a pas dit qu'il était noir. La famille de Rose s'avère être tout à fait charmante, enfin en apparence. Une série d'évènements vont plonger Chris dans une situation dont il ne sortira pas indemne.

 

Jordan Peele signe ici un bijou d'originalité. Imaginez-vous assis au fond de votre siège, pour ne pas dire cramponné, ne sachant pas à quoi vous attendre. Et bien c'est au-delà de tout ce que vous avez pu imaginer. Le malaise est perceptible pendant tout le film mais est-ce à cause des évènements mystérieux ou du racisme ambiant ? La famille de Rose et leurs amis sont tellement « black-friendly » qu'ils en sont vraiment inquiétants. Jordan Peele réussit un coup de maître en traitant des préjugés raciaux à travers le registre de l'épouvante. Nul besoin de fantômes, de monstres, d'évènements surnaturels pour faire frémir le spectateur.

Le film est un savant mélange d'horreur et de comédie à la limite de l'absurde et tous les registres sont maîtrisés.

En salles actuellement.

I'm not your negro de Raoul Peck

Synopsis

1957, l'auteur James Baldwin décide de quitter Paris pour les Etats-Unis dans le but de participer au mouvement pour les droits civiques. Quelques personnalités telles que Medgar Evers, Martin Luther King et Malcolm X sont engagés dans cette lutte mais selon des idéologies différentes. James Baldwin rejoint la cause et se lance dans l'écriture d'un manuscrit, qu'il n'aura malheureusement pas le temps d'achever. Le réalisateur Raoul Peck se sert de ces écrits comme base pour ce documentaire dans lequel il revient sur les luttes des afro-américains au fil des générations.

 

Je ne suis pas votre nègre revient sur ce rapport entre la société américaine blanche bien pensante et la question de la race. James Balwin critiquait ouvertement la polique raciale des Etats-Unis. Il refusait d'être le noir qui cristallise toutes les peurs et conforte la construction sociétale ségrégationniste de l'époque. Les mots prononcés par James Baldwin retentissent encore 60 ans plus tard car les luttes demeurent malgré l'adoption de lois. Raoul Peck illustre la contemporanéité des propos de James Baldwin ; il relie passé et présent en mêlant images d'archives et d'actualité.

Les mots poignants de James Badwin résonnent avec encore plus de profondeur grâce aux voix charismatiques de Samuel L Jackson pour la version originale et Joey Starr pour la version française.  

En salles actuellement.

Soyez le premier à commenter cet article.

Votre notation : Aucune Moyenne : 5 (2 votes)

Commenter

S'abonner à AfroNews